Visa E2 : Après un an aux Etats Unis, témoignage

Dernière mise à jour le 2 February 2022 par Sylvain PERRET

Cet article a été écrit par Alexandre et Sophie N. que nous avons accompagnés l’année dernière pour l’achat d’un salon de coiffure et dans leur demande de visa E2. Nous n’avons rien modifié. Comme pour toutes les personnes qui vivent la même aventure, il y a eu des hauts et des bas mais globalement, du point de vue d’Objectif USA,on peut clairement les  citer et les féliciter pour leur expérience très réussie. Travail, rigueur, ouverture d’esprit… Merci à vous pour ce témoignage.

Un an… Un an que nous sommes installés aux Etats Unis ! Quel chemin pour y arriver, pour réussir à « immigrer ». Nous étions loin d’imaginer que ce ne serait que le début de l’aventure ! Comme le dis un de nos amis (qui est aussi la personne qui nous a permis de concrétiser notre rêve) : « je vous promets de la joie, du sang et des larmes ». Oui c’est tout ça à la fois. Cette dernière année est certainement l’une des plus exaltante de toute notre vie. Welcome in US !

Avant l’obtention de notre Visa E2 

Les mois qui ont précédé notre expatriation étaient difficiles car vous êtes dans un stress permanent. Vais-je y arriver ? Est-ce que mon projet tient la route ? Aurais-je assez d’argent ?…

Puis, quand vous avez rencontré Objectif USA qui vous a rassuré sur la faisabilité, d’autres questions se posent : est-ce que l’on va trouver une affaire pendant le mois que l’on va passer sur place ? etc…

6 mois avant d’atterrir en Floride pour chercher le business, nous avons : vendu notre appartement, nos meubles et voiture, déménagé chez nos parents, négocié avec les employeurs pour les licenciements. Bref, une période stressante avec son lot d’incertitudes.

Notre projet consistait en la reprise d’un salon de coiffure n’importe où à partir du moment où il se trouvait en Floride. Cet état est attractif par plusieurs aspects : facilité des démarches pour les Français comme le permis de conduire, équivalence de diplômes dans la coiffure (l’un des deux seuls états aux US à le faire), fiscalité avantageuse et coût de la vie peu élevée par rapport à la Californie ou l’état de New York.

Malgré un petit budget, nous avons eu beaucoup de chance car nous avons trouvé notre small business en 1 semaine. Un jolie petit Hair Salon situé dans un shopping center tourné de surcroit vers les produits Organics (Bio). Situé au bord de la mer du golfe du Mexique, il remplissait tous les prérequis nécessaires pour l’obtention du Visa E2 investisseur. Localisé dans un petite ville récente (90 ans) l’agglomération bénéficie d’une démographie galopante de plus 5% par an. Population plutôt âgée mais pas mal de trentenaire comme nous et grande tranquillité pour élever ses enfants. Eau turquoise, pas de grosse urbanisation comme sur l’autre côte vers Miami. En un mot le paradis !

Les deux vendeuses ont accepté une clause supplémentaire, à savoir la vente uniquement si nous obtenions le Visa. Elles ont souhaité continuer avec nous en tant qu’Independant Contractor (90% des coiffeurs travaillent sous ce statut aux US) avec un split de commission très avantageux pour elles de 60%. Tout s’est bien déroulé jusqu’au moment où il a fallu négocier le transfert du bail (lease assignment) avec le propriétaire du shopping center (le landlord). Malgré les efforts d’Objectif USA, notre broker, et du broker des vendeuses, la situation a trainé en longueur. Tant que cette partie n’était pas réglé impossible pour notre avocate, Maud Poudat, de faire partir la demande de Visa. Au final nous avons dû verser 6 mois de caution (Deposit) et les vendeuses se sont engagées à rester travailler avec nous pendant 1 an et caution pendant 3 ans.

Visa E2 obtenu et début de l’aventure en Floride

L’obtention du Visa fait place à un grand soulagement puis tout s’accélère. Nous avons loué une maison depuis la France et nous sommes arrivés avec nos valises, notre fille et notre chien. Nos deux chattes sont arrivées plus tard avec nos parents. Dans les deux semaines qui ont séparé notre atterrissage à Orlando et le closing pour l’achat définitif du business, nous avons : acheté nos meubles à Ikea, inscrit notre fille à l’école avec les examens de santé préalable, demandé nos Social Security Number (SSN), nos permis de conduire, acheté l’électroménager et les voitures, ouvert les comptes maisons (eau, électricité et internet). Le SSN est le sésame pour beaucoup de choses même si certaines démarches peuvent être faites moyennant des deposits.

Pour comprendre les difficultés que nous avons eu, imaginez un étranger arrivant en France. Difficile de se faire comprendre et vous ne rentrez jamais dans les cases car vous n’existez pas. Pas de Credit Score, pas de SSN, pas de diplôme américain, pas pas pas… J’ai cette image qui me venait souvent : c’est un peu comme si vous étiez encore une fois un nouveau-né, ou, que vous quittiez le cocon familial à vos 18 ans. Personne ne vous fait confiance car vous n’avez pas fait vos preuves. Pour l’assurance, vous passez d’un bonus de 50% en France à un tarif équivalent à jeune conducteur donc 3 fois plus cher.

Parlons peu parlons bien ! Je n’aborde même pas le chapitre de la banque… Nous les avons ouverts pendant la recherche du business avec Sylvain. Heureusement qu’il était là… 3 heures à expliquer au directeur nos intentions et le business plan.

Abordons plutôt le chapitre de l’assurance santé. Vous étiez confortablement remboursés 80% par la sécurité social en France et 20% par votre complémentaire santé. Cela vous semblait indolore ou presque (car le système est financé sur vos cotisations sociales) et ne vous coûtait rien sauf éventuellement pour l’optique et les dents. Ici même avec l’Obamacare et son aide financière, cela vous en coutera entre $800 et $1200 pour 4 personnes. Vous ne serez pas remboursés à 100% pour les visites chez le médecin et les médicaments. Pire, si vous avez des analyses ou une hospitalisation il vous faudra payer votre franchise (pour nous $6000 par personne, max $10 000 par famille et par an).

Sachez que je suis allé aux urgences pour des coliques néphrétiques après plusieurs jours de crise. Après 4h, un scanner et de la morphine, la facture fut de 16 000 dollars. Bref, n’immigrer pas aux US pour son système de santé !

Après calcul je pense tout de même que c’est plus ou moins le même coût entre les prélèvements en France (sur son salaire) et le paiement d’une assurance privée aux US. Nous venons de basculer, après 1 an d’Obamacare, sur une assurance expatriée moins chère et sans franchise pour l’hospitalisation et les maladies graves. Affaire à suivre…

Par chance j’ai décroché un travail à distance pour la France dans le webmarketing avant mon départ. Ma devise est que nous devons pouvoir vivre uniquement sur l’une de nos activités sans compter sur la deuxième en cas de problème. On ne sait jamais ce qu’il peut arriver. Et si tout se passe bien, cela nous permet de mettre de l’argent de côté pour développer les business ou encore pour acheter une maison. Mon autre devise est que l’on peut tout négocier et qu’il y a toujours moins cher. Il faut simplement faire attention qu’à un moment donné la qualité n’en pâtisse pas.

Les premiers 15 jours de training en mai avec les vendeuses se sont très bien passés. Ma femme en revanche n’a pas eu le droit d’exercer son métier avant début juillet. Malgré toutes nos démarches anticipées pour son équivalence de diplôme avant même la recherche de business et l’obtention du visa, sa licence de coiffeur a mis un peu plus de temps que prévu.

Passé cette période de deux semaines, les vendeuses n’ont pas cessé de critiquer ouvertement notre gestion, venir en dehors des horaires, ne pas faire payer certains clients… Chaque changement de mobilier ou de peinture était sujet à dispute avec nous et critique auprès des clients… Après 3 mois il a fallu l’intervention des 2 brokers, amicalement, pour calmer la situation.

6 mois, on touche le fond et rebondit

Dès le mois de février et sur recommandation de notre avocat d’affaire nous avons : retiré les clefs, installé des caméras, instauré un règlement.

Vous vous dites certainement que tout chef d’entreprise aurait fait cela depuis le début. Même avec le recul, je peux vous dire que c’était impossible. Les vendeuses avaient une emprise sur le magasin, sur les fournisseurs, et faisait 100% du chiffre d’affaire. Il fallait d’abord que ma femme créée sa clientèle et que nous embauchions pour inverser la tendance et pouvoir s’imposer. N’oubliez pas non plus que vous êtes un immigré, vous devez faire vos preuves pour être accepté par la communauté même si celle-ci est accueillante.

La fin de cette première année fut en apothéose. Mi-avril nous avons eu l’énorme surprise de recevoir une lettre d’avocat des vendeuses (qui travaillaient encore avec nous), nous demandant de rétablir la situation comme auparavant : récupérer les clefs, travailler en dehors des horaires, etc…  Nous fûmes obligés de prendre à notre tour un avocat pour répondre aux allégations mensongères et tenter de licencier les anciennes propriétaires avant la date imposée par le Landlord. $2500 et 1 mois plus tard, les choses n’étaient pas résolues malgré une tentative de conciliation leur permettant de partir avec leur clientèle (qu’elles nous avaient vendus) dans un rayon plus proche.

Le contrat de vente signé au closing prévoyait notamment une clause de non concurrence, intelligemment négociée par Objectif USA, de 15 miles et non sollicitation de la clientèle pendant 3 ans.

Si vous avez la chance d’immigrer aux USA, vous comprendrez rapidement qu’ici ce n’est pas celui qui a raison (Au sens de la loi et du contrat), c’est celui qui a le plus d’argent. De la même façon cela ne sert à rien de s’énerver et d’avoir des réactions sanguines et de négocier « à la Française ».

Après plusieurs nuits sans dormir, nous avons finalement trouvé la solution. En reprenant tous les contrats et les différentes dates, il s’avérait que la cession de lease avait été signée 1 mois avant la cession de l’affaire. Comme c’était ce document qui nous obligeait à les garder un an, nous pouvions donc nous en séparer du jour au lendemain. Ce qui fut le cas !

Inutile en revanche de vous dire que les anciennes propriétaires n’ont pas respecté la clause de non concurrence. L’une d’entre elles s’est même réinstallée à 1 miles de notre établissement.  Elles ont bien évidemment sollicité toute leur clientèle.

Le premier réflexe est de se dire qu’on va les poursuivre en justice car nous avions toutes les preuves… Mais à quoi bon ?

Dépenser $10 000-15 000 en frais de justice et d’avocat pour attaquer ? Ne pas être totalement certain de gagner et obtenir quel dédommagement ? Si vous avez de l’argent et du temps à perdre, oui ! Ce n’était pas notre cas. On a préféré continuer à investir dans le marketing et dans le développement de notre business plutôt que d’enrichir les avocats.

Contre toutes attentes (nous étions échaudés par cette mauvaise expérience), nous avons eu l’immense chance d’embaucher 2 nouveaux coiffeurs avec leur clientèle, deux personnes joyeuses, expérimentées et de confiance.

Depuis Mai tout se passe pour le mieux. Nous continuons à progresser de +30% environ tous les mois. Nous avons toujours notre lot de surprise chaque mois mais comme tout à chacun. Pour exemple, la dernière en date, nous devons changer la climatisation pour la modique somme de $5000… Nous avons appris par le réparateur que les anciennes propriétaires savaient depuis 3 ans qu’elle était à changer mais la faisait réparer à chaque problème pour ne pas avoir à investir avant la revente du salon.

Notre nouvelle équipe est en place, dans un salon moderne et rénové. Ma femme s’est créée sa clientèle en un an. Au pays du marketing et des nouvelles technologies, il est presque amusant de constater que parmi toutes les choses dans lesquelles nous avons investis, cela reste le bouche à oreille et les articles dans la presse écrite qui fonctionnent le mieux dans notre situation géographique et le type d’activité.

Malgré notre expérience significative en management, en marketing, en communication, ou pour ma femme dans l’exercice de son métier, il a fallu se remettre en question complètement. Le piège dans lequel nous ne sommes pas tombé grâce à Objectif USA est de faire quelque chose de Français. Les américains ne nous ont pas attendu pour trouver des coiffeurs… et nos employés sont américains. Les clients qui viennent pour ma femme aime son approche, ses conseils, son diagnostique et ses méthodes. Même si la formation française en coiffure est beaucoup plus pointue, il n’est pas question de le revendiquer en tant que tel. Les clients font la différence par eux même.

L’avantage d’entreprendre aux Etats Unis dans un métier de service est que l’on peut « gagner sa vie » car il y a beaucoup moins de taxes notamment en Floride. Les clients sont fidèles et reconnaissant (Welcome les Tips). Nous avons en plus la chance de vivre dans un cadre idyllique au bord de la mer avec une population en constante augmentation.

Ici comme ailleurs, c’est un équilibre fragile. Nous sommes conscients que l’on peut tout perdre du jour au lendemain.

C’est pour cela que je travaille aussi à mon compte de mon côté. Nous pensons qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Conclusion de cette première année d’entreprenariat aux USA 

Happy !!!!

Pour reprendre la phrase d’introduction : de la joie (tous les jours malgré les ennuis), du sang (pas loin ;-) ), des larmes (oui c’est vrai ). Si les ennuis et le stress ont rempli ces lignes, cette année a aussi été pleine de joie, de rencontres formidables, d’aventures et au final on en retire que du positif. Et oui, le positivisme américain que nous sommes venus chercher est en fait contagieux !

Dans un prochain article (Si Objectif USA est d’accord) je vous parlerais de notre première année d’un point de vue personnel (maison, voiture, enfant ,…).

Si vous avez l’envie et un peu d’argent de côté, lancez-vous et tentez l’aventure car cela vaut vraiment la peine. Mais attention à qui vous vous adressez pour trouver votre business. Il y a beaucoup d’arnaqueurs et peu de gens sérieux. Nous avons eu la chance de tomber sur des perles rares : Sylvain, Daphné et Maud!

 

Ne loupez pas les prochaines rencontres Objectif USA qui ont lieu en Octobre 2017 ! (plus d’informations ici)

 

Sylvain PERRET

Sylvain PERRET vit aux États-Unis depuis 2010 où il a créé plusieurs entreprises avec son épouse. Après 17 ans dans la banque au contact des entreprises, il a créé l'agence Objectif USA dans laquelle il exerce en tant que business broker, real estate broker, business consultant et rédacteur de business plan. Il a accompagné de nombreux Francophones vers le succès dans leurs projets de création ou de reprise d'entreprise aux USA. Il est certifié CBI (Certified Business Intermediary) par l'International Business Brokers Association. Il a reçu le Million Plus Dollar Award en 2016 et 2017 remis par l'association Business Brokers of Florida. Il est régulièrement consulté sur les problématiques d'immigration aux USA et son article "Visa E2 : Tout savoir, tout comprendre" fait office de référence avec plus de 10000 consultations par an. Il est l'auteur du livre "S'expatrier aux USA grâce aux visas d'entrepreneurs", ISBN 979-1026287698 Sylvain Perret est sur Linkedin et Twitter

Nos services

Vous souhaitez vous implanter aux USA

Nos articles récents

Excellent
Based on 19 reviews
Grégory Kévers
Grégory Kévers
2023-11-15
Conseils et bienveillance. Une aide essentielle pour notre achat. Sans eux on serait tombé dans les pièges tendus par certains agents sans scrupule. Une chance de vous avoir eu!
gregory bersot
gregory bersot
2023-11-11
Je suis allé à une réunion, j’ai vu plusieurs zoom et j’ai lu le livre, je suis bien placé pour en parler. Si je vis au USA maintenant, c’est en partie grâce à Sylvain et Daphnée!! Ils donnent des conseils, des infos et vous accompagnent jusqu’au bout avec un professionnalisme et une bienveillance qu’on ne rencontre pas tout les jours.
Alexandre Perchat
Alexandre Perchat
2023-10-24
Le rêve devient réalité avec Sylvain et Daphnée. De vrais professionnels à tous les niveaux du processus . Merci beaucoup
Valérie PERCHAT
Valérie PERCHAT
2023-10-24
Nous avons été accompagné par Sylvain et Daphnée, tout au long de notre procédure d'expatriation. Sylvain pour le coté pro et Daphnée du coté personnel. Ce sont des personnes très professionnelles ,droites, honnêtes en qui on peut avoir toute confiance. Merci à eux pour leur travail!
Julia Fasciglione
Julia Fasciglione
2023-10-24
Objectif USA helped us across the full process of targeting the right business for us, taking it over in the best possible conditions and supported us through our relocation. They offer five star service and more, being available, responsive and proactive. Going above and beyond to ensure our success, they act as much more than a regular brokerage company. We cannot thank them enough and we will absolutely go back to them for a second transaction.
Hugo DE LA LOSA
Hugo DE LA LOSA
2023-07-23
Un grand merci à Sylvain et Daphnée pour leurs conseils et leur professionnalisme. Les vidéos, postes et conférences qu'ils proposent vont à l'essentiel et apportent de nombreux éléments concrets. Vous pouvez compter sur eux pour vous donner leur avis objectif sur votre projet d'expatriation même si ça doit remettre en cause celui ci car il n'est pas viable. Je recommande à 100%.
denis perez
denis perez
2023-07-22
Merci Sylvain pour toutes vos interventions afin de s’installer aux US. Vous êtes tous les deux vraiment inspirants, vous nous rassurez à chaque question que l’on vous pose, mais surtout très clair et direct quand la situation est ambiguë. Continuez comme ça, nous avons besoin de personnes vraies. Amicalement. Denis Perez
Nancy Gousse
Nancy Gousse
2023-07-22
We had a very great experience with Sylvain, he was our broker when we bought our Kilwins franchise in Jupiter, he was extremely professional and good adviser. More than that Sylvain and Daphné are very nice, friendly and compassion people, They also helped us and support us when we had issue with our visa. I will always be grateful for them.
montfort jonathan
montfort jonathan
2023-03-29
Objectif USA nous a accompagné pendant notre expatriation et continue de le faire maintenant que nous sommes sur le sol américain, dans l’ensemble de notre processus, nous avons été satisfaits de la disponibilité et des conseils reçus meme si c’est parfois difficile à entendre, les choses sont clairs et appréciables ! Avec leurs équipes ( avocats, business writer et autres ) vous serez bien accompagné pour être protégé et présenter un dossier boucler professionnellement !
le livre square

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

  • Première étape avant la concrétisation de vos projets aux États-Unis, nous contacter !

    Vous souhaitez vous implanter aux USA ?

Scroll to Top